La meilleure assurance vie sur les forums d’opinion en 2019, sans frais de gestion ni droits


Ce qui est important de savoir, c’est vraiment ce que nous devrions gagner de l’argent en assurance vie et pour combien de temps dure-t-il?

Pour les frais de paiement personnellement, j'ai négocié. Pour mon cas, mon assurance vie est un droit d'entrée ridicule de 0,3% et, oui, tout est en fonction du profil du client que vous êtes (j'ai 35 ans, je ne suis qu'un petit sauveur, mais avec une grande valeur ajoutée pour eux).

Ce qui m'a le plus choqué avec mon conseiller (âgé de 28 ans), c'est que tous les frais sont négociés sur le contrat (mon banquier pour mon cas s'appelle plusieurs lorsque l'assureur). C'est un peu donner et prendre.
Je leur donne mes centimes en échange d'un certain montant dont j'ai besoin, sinon j'exporte tous mes comptes vers d'autres banques françaises en ligne ou de manière traditionnelle.

J'ai réussi mon accord sur un accord non négociable: j'ai 70% de fonds de capital garanti net + 30% de droits de vote unifié (neuf supports différents pour qu'il y ait une sorte d'équilibre entre chaque soutien.)
Les frais liés au volume du compte n'étaient pas négociables, c'est-à-dire que si je veux changer mon assurance-vie à temps, je n'aurai d'autre choix que de racheter mes médias UC au meilleur moment (étant donné que le transfert de mes avoirs d'UC vers l'euro fonds est déraisonnable). coûts) limite cesser de répéter une autre assurance-vie.

Ce qui est le plus impensable d’avoir discuté avec mon conseiller, c’est que les gens gagnent de l’argent En faisant la gestion, je m’explique:
Une personne gagnera 200 000 € de crédit par exemple dans un banque A, puis investissez 200 000 euros dans une banque B.
À lui de supporter les coûts supplémentaires. Il gagne des taux d’intérêt à long terme avec les prêts à faible taux d’intérêt que nous avons actuellement.

Cette pratique est courante, en particulier chez les personnes ayant une capacité de remboursement élevée (gestionnaires de plus de 3 000 € par mois, le petit épargnant n'a finalement pas grand chose comparé à ces gros épargnants.)